Select Page

Ridolfi

I-09 : Clavecin de Giacomo Ridolfi

D’après son actuel propriétaire, ce clavecin aurait été fabriqué dans la région de Florence vers 1665 par Giacomo Ridolfi, un élève du célèbre facteur italien Girolamo Zenti.

A l’origine protégé par une caisse très sobre et dépourvue de pieds, il aurait été réparé vers 1700, et la caisse décorée et modifiée par l’ajout de pieds.

Ravalé en 1826 par Nicomede Agati, facteur d’orgues de Pistoia, il est en même temps décoré d’une nature morte sur l’ntérieur du couvercle.

Après une restauration dans les ateliers du Berceau Royal, il devient la propriété d’une famille bruxelloise dont il décore le salon à partir de 1959.

Le claveciniste et collectionneur Michael Günther en fait l’acqiuisition en 1998 lors d’une nouvelle vente aux enchères, et le fait restaurer dans son état d’origine.

C’est le premier clavecin de l’ancienne collection de Marcel Salomon qu’il nous est donné l’occasion d’entendre en concert …

 

Giacomo Ridolfi (1625-1700) attribué sans aucun doute
à Rome, vers 1665
Collection Michael Günther, Schloss Homburg aM, Inv. N ° 2
Instrument à un seul clavier, à paroi mince dans la boîte extérieure .

 Taille
 G1 – c3 (sans Sol # 1 ) Cordes
2 chœurs dans un registre de huit pieds

La signature au dos de la planche de parement n’est plus lisible. Une attribution à Giacomo Ridolfi est possible avec la plus grande certitude car les bandes de profil correspondent à celles de ses instruments signés.
Plusieurs réparations et modifications, comme une réparation éventuellement par Bartolomeo Cristofori, une extension documentée par Nicomede Agati, Pistoia 1826, ainsi que des redécorations du boîtier de rangement montrent que l’instrument a été joué en continu au cours des siècles passés. Au début du XXe siècle, il se trouvait dans la célèbre collection Marcel Salomon à St Germain en Laye, ou à Paris. Après cela, il a fait partie de l’équipement d’un “salon italien” en propriété privée à Bruxelles. Les modifications ultérieures de l’instrument ont été inversées, de sorte que l’instrument est maintenant de retour dans sa disposition d’origine.
Les parois latérales de la boîte de rangement ont été peintes de fleurs sur fond clair dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la nature morte à l’intérieur du couvercle date du début du XIXe siècle.
Le luthier romain Giacomo Ridolfi (1625-1700) travailla à Rome pour les familles les plus distinguées et rencontra les compositeurs les plus importants, comme Bernardo Pasquini. Quatre clavecins signés ont été conservés, datés 1650, 1662, 1665 et 1682. Trois autres clavecins peuvent lui être attribués. Avec deux signatures, Ridolfi souligne avec une fierté justifiée qu’il est un élève de Girolamo Zenti, qui est l’un des fabricants de clavecins les plus importants de tous les temps.
Le clavecin de la collection de Homburg était probablement vers 1665 pour le cardinal Giulio Rospigliosi (1600-1669), élu pape en 1667 et nommé Clément IX. porté, fait. Il est retourné à sa famille à Pistoia après sa mort.
Le splendide instrument réfute l’opinion selon laquelle les clavecins ne jouaient généralement plus de rôle au XIXe siècle et montre que même à cette époque, les familles et les restaurateurs consciencieux se consacraient consciencieusement aux instruments de musique d’autrefois.