Description

Un orgue manuel avec quatre rangs de tuyaux, 47 notes. 8 ‘de bois arrêté, 4’ de bois arrêté, 2 ‘de bois arrêté et 1’ de tuyaux métalliques ouverts.

Le boîtier rectangulaire en chêne est sur un support. À corniche moulurée, surmontée d’un défilement en feuille d’acanthe sculpté. De chaque côté se trouve un panneau sculpté et amovible avec une tête de chérubin en saillie. Equipé de deux portes battantes, peintes de deux boucliers d’armoiries: une croix de Malte noire sur un bouclier gris à gauche, et les armoiries de la famille Kolner à droite. Le support a un dessus moulé, un tablier cannelé profond, et est soutenu sur quatre pieds effilés carrés avec des matrices sculptées avec les feuilles d’acanthe pendantes, les façades avec des cannelures simples, des bases moulées et des pieds carrés effilés. Au sommet du boîtier se trouvent deux soufflets en coin,

La façade est constituée des tuyaux métalliques ouverts de 1 ‘, le plus bas au centre, procédant en tons entiers dans les deux sens. Bien que la traverse inférieure de la façade, juste au-dessus du clavier, soit sculptée en relief “NM Ano MDCXXV”, il existe des preuves pour montrer qu’une grande partie de l’orgue date du 19ème siècle; les consoles en bois et les rails de la façade sont des ajouts récents.

L’action d’arrêt se trouve à gauche du clavier, quatre leviers en fer actionnant les curseurs. Ils sont étiquetés, de haut en bas, «Gedact 16 fs – Gedact 8 fs – Gedact (sic) 4 fs – Otava 2 fs», contrairement à leur disposition réelle.

Certaines parties de l’orgue – le boîtier (sauf la façade), le clavier, le coffre à vent, le soufflet et certaines pièces de quincaillerie – semblent dater du XVIIe siècle. D’autres parties – les tuyaux, la partie supérieure du coffre à vent et la façade – sont plus récentes, probablement ajoutées dans la première moitié du XIXe siècle. Presque toutes les pipes en bois ont été ré-exprimées. Les tuyaux métalliques sont plus récents, peut-être un ajout du 20e siècle. Une gravure de Nicholas Manderscheidt, facteur d’orgue de Nuremberg (1580-1662) est collée sur une partie du coffre à vent visible à travers le panneau gauche amovible. Cela a probablement été ajouté pour donner du crédit à l’histoire selon laquelle il était le constructeur, autrement impossible à prouver.

Le rang de bois arrêté de 8 ‘est à l’arrière du boîtier, les 39 tuyaux supérieurs à l’extrême arrière, les 8 tuyaux les plus bas étant posés à l’avant horizontalement. Les tuyaux horizontaux se trouvent avec le plus long en haut, le plus court en bas. Les cinq plus bas sont en onglet afin de s’insérer dans le boîtier. Les tuyaux sont presque tous tapissés de chaque côté, mais pas à l’avant ou à l’arrière. Les deux tuyaux les plus bas étaient à la fois plus longs: il est évident que le bois a été coupé de C à D et de D à D +. sur le tuyau E apparaît un bout de papier avec la date: “Avril 1850”. Les tuyaux sont lettrés en tablature allemande, avec des lettres sur la lèvre inférieure. Les corps des tuyaux sont classés par ordre alphabétique des vingt-six premiers, puis numérotés. Presque toutes les bouches ont été ré-exprimées. La mise à l’échelle est divisée par deux à la 17e note, si le tuyau le plus bas est accepté comme C.

Le rang de bois arrêté 4 ‘se trouve devant le 8’. il, comme le 8 ‘, est tapissé de chaque côté; presque tous sont ré-exprimés. Les deux tuyaux les plus bas ont été coupés, comme pour le 8 ‘. La mise à l’échelle est divisée par deux au 19e demi-ton.

Le rang en bois ouvert de 2 pi n’est pas tapissé, mais fait de la même main. Des volets en feuille de plomb sont utilisés pour régler les tuyaux. Da sont d’un bois, un + -a + ” un autre. b ” et c ” ‘, maintenant manquants, ont des espaces pour les tuyaux métalliques. D et E étaient à un moment C et D. La mise à l’échelle des moitiés de tuyaux au 17e demi-ton.

Les tuyaux métalliques ouverts de 1 ‘semblent assez récents. Le métal, repéré pour indiquer environ 60 pour cent de plomb, n’est pas fortement terni. Les languissants sont fortement entaillés. Les deux tuyaux les plus bas sont marqués C et D. Le rang entier est numéroté à l’encre rouge, et lettré dans la tablature allemande à l’encre noire. La mise à l’échelle est divisée par deux au 24e demi-ton.

L’action des touches est mécanique et directe, avec des trackers très courts sous chaque touche menant au coffre et aux palettes. Les clés sont chacune sur des charnières en cuir. Ils sont numérotés 1, 2, 5, 6, 7, … 49, indiquant la suppression à un moment donné des touches E et F. Les objets tranchants sont en poirier, le pin naturel avec placage de teinture noire. La poitrine est à action coulissante. Une grande partie du dessous est en vélin, couvrant les canaux d’air: les curseurs sont tous très près de l’avant de l’orgue. Une grande partie de la première page du Munchener Zeitung de 1900 a été utilisée pour réparer le coffre.

Du château de Rethel (Ardennes) à la collection Karl Freund, de là à la collection Belle Skinner.

Dimensions

I.Dimensions du boîtier: Hauteur 164,0 cm (64 9/16 po), Largeur 107,5 cm (42 5/16 po), Profondeur 72,0 cm (28 3/8 po). Boîtier sans socle, intérieur: largeur 95,5 cm (37 1/5 po), hauteur 75,0 cm (29 1/2 po), profondeur (de l’arrière à la façade) 56,0 cm (22 po) II. Dimensions du clavier: Longueur totale 62,4 cm (24 1/2 po); Longueur d’octave 15,9 cm (6 1/4 po); Naturels: largeur 2,2 cm (7/8 po), longueur 12,0 cm (4 3/4 po), longueur de la tête 4,4 cm (1 3/4 po); Tranchants: largeur: 1,1 cm (7/16 po), longueur 7,6 cm (3 po) III. Dimensions du soufflet: Longueur 94,0 cm (37 po), Largeur 34,3 cm (13 1/2 po). Extrémité ouverte, étendue: 44,0 cm (17 3/8 po); Extrémité ouverte, fermée: 13,0 cm (5 1/8 po)