Select Page

Le Clavecin de Joannes Goermans, 1768

Clavecin de Joannes Goermans, 1768

Ce clavecin provenant de la collection de Léon Savoye  ne figure pas dans les albums de photos du Berceau Royal, mais l’extrait du livre de comptes ci-joint atteste qu’il a été vendu par Marcel Salomon le 4 juin 1926.

Il apparaît en vente chez Oger&Camper le 5 juin 2002 avec la description ci-dessous :

“Joannes Goermans appartient à la « famille » des grands facteurs parisiens.

L’inventaire après décès de Joannes Goermans (Arch. Nat. Min. centr., XXVII, 388, 1777, 22 mars) montre qu’il possédait une fortune très confortable pour l’époque, résultat d’une affaire prospère. La plus belle reconnaissance ne vient-elle pas de Pascal Taskin (1723-1793), Facteur de clavecin du roi puis conservateur de ses instruments à Versailles, qui restaura en 1783-1784 le clavecin Joannes Goermans 1764 et modifia les initiales de la rosace en J-C du nom de Jean Couchet (1615-1655) de la grande famille des Ruckers d’Anvers dont les instruments étaient réputés pour leur incomparable sonorité, le faisant ainsi passer pour un instrument flamand dans le but de le vendre plus cher.
(Les instruments flamands étant déjà fort à la mode au XVIIIe siècle, certains grands facteurs n’hésitèrent pas à construire des faux. L’inventaire des instruments de musique de Versailles de 1765 compte 11 instruments de Ruckers parmi les 29 instruments à clavier).

Provenance :
Le clavecin que nous présentons à la vente aujourd’hui est le 5e instrument connu de ce facteur et probablement celui répertorié dans l’ouvrage de Donald Boalch Makers of Harpsichord and Clavicord 1440-1840 : clavecin à deux claviers, 1768, ancienne Collection Savoye.
Le no 2 du catalogue de vente de la Collection Léon Savoye, (Hôtel Drouot, 15 Juin 1924) donne la description suivante : « CLAVECIN LOUIS XV, Instrument signé : Johannes Goermans, 1768. Table peinte à la gouache. L’instrument est en bon état, mais le mécanisme manque. Peut être remis en état facilement ».

Instruments répertoriés :
– un clavecin à 1 clavier de 1738. Collections du Musikhistorika Museet de Stockholm.
– un clavecin à 2 claviers de 1748. Collection Cunnningham Haverford, Philadelphie.
– un clavecin à 2 claviers de 1750. Collection Bate, Music Faculty, Oxford.
– un clavecin à 2 claviers de 1754. Collections Metropolitan Museum of Art, New York.
– un ottavino ? Collections du Musée de Lisbonne.
(Le clavecin de 1764 refait en 1783/4 par Pascal Taskin, et celui de 1765 probablement construit par Jacques, fils de Jean, qui n’était pas encore reçu Maître en 1765 et l’aurait signé Jacobus Goermans Fils).

Jean Ier GOERMANS
(v. 1703 – 18 février 1777)
Il venait de la ville de « Galdere, frontière de Brandebourg », région à la frontière des Pays-Bas, dépendant de la Prusse au XVIIIe siècle.
Le 10 juin 1730, il épousa à Paris Jeanne-Lucie Delbourse, fille d’un bourgeois de Condé-sur-Escaut. Il avait pour témoins les facteurs de clavecin Jacques et Jacques-Guillaume Bourdet, et l’organiste Joachim Gigault (Arch. Nat. Min. Centr.).
De 1745 à 1751 il logeait rue de la Verrerie, puis rue des Fossés Saint-Germain-des-Prés jusqu’en 1777.
Jean Ier GOERMANS eut sept enfants. Jeanne-Thérèse, née en 1732, épousa le 8 janvier 1752 Joseph-Antoine Roube de Saint-Aubis, commissaire des guerres, originaire de Béziers. Elle jouait fort bien de la harpe et fréquenta le salon de M. de la Poulpinière. Jean II fut maître (professeur) de clavecin. Marie-Thérèse-Victoire, née en 1749, épousa le facteur de clavecin Jean-Liborius Hermès, compagnon de Goermans. Jacques, né en 1740, facteur de clavecin, fut reçu maître-facteur en 1766.”

Il est ensuite restauré de 2012 à 2014 par John Phillips :

“Cet instrument est un  clavecin parisien de la fin du XVIIIe siècle par excellence et le dernier de ce luthier néerlandais. Il avait été restauré dans les années 1920 et à nouveau par Bernard von Tücher en 2000, qui avait installé des vérins et des glissières modernes. Notre restauration 2012-2014 impliquait une réparation complète du boîtier, du support et de la table d’harmonie, ainsi qu’un nettoyage et une retouche approfondis de la peinture de la table d’harmonie. Nous nous sommes retrouvés à remplacer plusieurs clés non originales et avons fabriqué tous les nouveaux jacks, diapositives et guides inférieurs, copiés à partir d’autres instruments Goermans. “